La Tour Windsor, un test au feu en vraie grandeur sur 25.000 m2 - Dalles 600x600 mm en bois d'épaisseur 38 mm

Madrid 13 février 2005 à 23h16 un départ de feu est signalé au 21ème étage de la Tour Windsor haute de 106 m et de 31 étages, entièrement rénovée depuis peu.

Malgré l'arrivée rapide des pompiers, le feu se répand à vive allure dans les trois directions, dégageant d'épaisses fumées toxiques. Sur l'étage les pompiers sont impuissants à ralentir l'incendie. Face au danger incontrôlable après quelques minutes, ils doivent évacuer le bâtiment. Trois d'entre eux sont intoxiqués.

L'élévation rapide de la température provoque un flash over qui embrase instantanément les planchers surélevés en bois de 38 mm avec 2 faces revêtues d'un film d'aluminium et 4 chants latéraux en PVC. L'incendie se propage ensuite avec violence aux étages du haut et du bas, sans que les pompiers ne puissent rien faire.

L'immeuble brûle comme une torche pendant 19 heures et s'effondre partiellement. Il devra ensuite être démoli. Par chance aucune victime n'est à déplorer car l'incendie s'est déclaré un dimanche, sans quoi des centaines de victimes prises au piège auraient été à déplorer. Plusieurs sociétés voient leurs bureaux entièrement détruits.

Etude de DYNABAT sur le comportement des divers types de plancher surélevé à l'incendie

Les essais au feu comparatifs réalisés par DYNABAT à l'Université de Liège ont mis en évidence les points suivants :

Les planchers surélevés KINGSPAN ou JVP en acier enrobés 6 faces sont totalement inertes au feu. Il faut injecter énormément d'énergie calorifique dans la cellule de test pour en venir à bout, après 45 minutes d'une fournaise totalement artificielle. Certaines dalles gonflent sous la chaleur de plusieurs centaines de degrés, mais le sertissage tient bon et à aucun moment les dalles ne propagent de flammes ou de fumées.

Ce n'est pas le cas pour les planchers de conception ancienne en bois recouverts sur une ou deux faces d'un film d'aluminium ou d'une tôle d'acier. Ceux-ci s'enflamment rapidement via les joints discontinus et via les chants latéraux en PVC.

Il faut alors diminuer l'énergie calorifique dans le four en fermant les clapets d'entrée d'air du four pour rester sur la courbe de température théorique, et éviter une augmentation incontrôlable ainsi qu'un embrasement généralisé au seuil des 300 °C (flash over). Au prix de cette manipulation on peut atteindre 30 minutes en ralentissant artificiellement la combustion du plancher.

Dans la réalité réduire la quantité d'air lors d'un incendie est impossible, et un embrasement généralisé de ces faux-planchers en bois est atteint en quelques minutes à cause de l'élévation brutale de température (flash over) due à l'autocombustion des dalles qui se généralise de l'une à l'autre.

Incendie criminel sur le chantier Rocade de Bonnevoie à Luxembourg le 15 avril 2007 - Dalles enrobées d'acier 6 faces JVP de DYNABAT

Un incendie se déclare dans l'immeuble suite à la mise à feu de plusieurs bonbonnes de gaz. La température dans les plafonds atteint plus de 1.000 degrés et des éléments en flamme tombent sur les planchers surélevés. Ceux-ci ne s'enflamment pas, et empêchent ainsi la propagation des flammes. Avec des dalles non enrobées 6 faces, les flammes se seraient propagées dans tout le bâtiment sous l'effet du flash over à +/- 300 °C, bien connu et redouté des pompiers.

L'aggloméré non protégé par un sertissage 6 faces en acier pare-flamme, s'auto-enflamme à 300 °C, même lorsqu'il n'est pas en contact direct avec le feu.

Le plancher JVP en acier galvanisé, fourni et installé par DYNABAT, est demeuré intact, faisant office de bouclier anti-feu protégeant l'immeuble et ses occupants.

Avec les planchers surélevés KINGSPAN ou JVP enrobés d'acier l'incendie ne se propage pas, au contraire il est arrêté.

 

BackAAAAAAAAAAAAA batiment